bourse tunis

Global Finance attribue la note « C » au Gouverneur de la BCT, Marouane El Abassi

Dans son dernier rapport intitulé " Central Banker Report Cards 2020 ", le magazine mensuel Global Finance a attribué la note " C " au gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie (BCT), Marouane El Abassi. Publiée au début du mois d'octobre, la 26e édition du rapport examine les réponses des banquiers centraux du monde face aux conditions de forte tension provoquées par la pandémie. Elle énumère les gouverneurs de plus de 90 pays, en sus de l'Union Européenne, la Banque Centrale des Caraïbes Orientales (BCCO), la Banque des États d'Afrique Centrale (BEAC) et la Banque Centrale des États d'Afrique de l'Ouest (BCEAO).

Les rédacteurs en chef de Global Finance, avec l'aide d'analystes, d'économistes et de sources du secteur financier, ont classé les principaux banquiers centraux du monde sur une échelle de " A " à " F ", " A " étant la note la plus élevée et " F " la plus basse, sur la base d'une série de facteurs objectifs et subjectifs, y compris la mise en œuvre correcte de la politique monétaire en fonction des conditions économiques de chaque pays. Les résultats sont basés sur le rendement au cours de la période allant du 1er juillet 2019 au 30 juin 2020. Un gouverneur doit avoir occupé ses fonctions pendant au moins un an pour recevoir une note.

Ayant obtenu la note de " A ", les lauréats de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) sont les gouverneurs du Koweït, Mohammad Youssef Al-Hashel, et du Maroc, Abdellatif Jouahri. Les gouverneurs des banques centrales d'Égypte (Tarek Amer), de l'Arabie Saoudite (Ahmed Alkholifey) et d'Israël (Amir Yaron) obtiennent tous les trois la note de " A-". Le travail du gouverneur de la banque centrale qatarie, Abdulla Bin Saoud Al-Thani se voit attribuer la note de " B+ ". Le timonier de l'organe central du royaume de Bahreïn, Rasheed Al Maraj, ainsi que celui du sultanat d'Oman, Tahir Bin Salim Al Amri, reçoivent tous deux un " B " pour leur performance.

Le rapport accorde aux gouverneur de la banque centrale de Jordanie, Ziad Fariz, et de la Banque du Liban, Riad Salamé, la note " B- ".

Au tour de la Tunisie, dont le dur labeur du gouverneur de la BCT, Marouane El Abassi, a obtenu la note " C ". Le magazine met en avant la frêle batterie de mesures économiques adoptée fin mars en réponse à la crise. Il s'agissait d'une enveloppe totale estimée à 850 millions de dollars, dont 410 millions de dollars de prêts et d'aide pour au profit des entreprises.

L'appréciation de l'agence de notation Fitch Ratings a été itéré étant donné qu'elle a indiqué que " les montants étaient faibles et ne fourniraient probablement qu'un allégement marginal du service de la dette, à court terme, aux très petits emprunteurs, ce qui n'apporterait que peu d'avantages au système bancaire ".

Global Finance met également en lumière la politique monétaire peu accommodante. " La banque centrale tunisienne a relevé son taux d'intérêt directeur de 100 points de base à 7,75% en février 2019 pour lutter contre la forte inflation. Elle s'est ensuite retournée en mars 2020 pour le réduire de 100 points de base, en réponse aux effets du coronavirus ".

Etablissant un constat général, le magazine financier indique que de nombreuses banques centrales ont encouragé les établissements bancaires à prêter, en particulier aux petites et micro-entreprises, " qui joueront un rôle essentiel dans la stimulation de la croissance économique future ". Néanmoins, le rapport montre qu'une vague exponentielle de prêts " improductifs " et des incertitudes économiques continues laissent " peu de place à la complaisance quant à la santé durable du système financier ".

Myriam Ben Yahia

Publié le 13/10/2020 11:42:28

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.