ilboursa arabic version ilboursa
La bourse Ouvre dans 0h5min

Pourquoi l’Etat n’arrive-t-il pas à céder Carthage Cement ?

ISIN : TN0007400013 - Ticker : CC

Voir tous les sujets

Posté le 27/08/2022 19:31:13

L'état est inconcient, bientôt bech yifliss et il n a pas voulu vendre a 1,19. Aujourd hui l'état se doit de corriger ses erreurs et de faire les choses plus rapidement


Répondre
Posté le 26/08/2022 09:43:48

CC ne vaux pas pas que 1,2


Répondre
Posté le 26/08/2022 09:26:14

A cause de Carthage Cement je prends des compléments alimentaire anti anxiété, ça fait plus de 10 ans que mon argent est bloqué, ci dessous le lien du complément que je prends

https://lifepara.tn/boutique/stradep-stress-anxiete-bt30/


Répondre
Posté le 22/04/2022 10:26:45

Ind. 1T2022


*Au 31/03/2022 les investissements ont atteint 3,850 MTND (correspondant essentiellement à
la production immobilisée et à l’acquisition de composantes spécifiques)


Répondre
Posté le 06/02/2022 09:42:20
1.5 minimum
Répondre
Posté le 04/02/2022 08:57:25
سهم لا ينصح به ما لم توضح عملية الشريك الستراتيجي ورسكلة بقية الديون ووضعية الرقاع التي اصبحت اسهم

الفلوطون اسهم مجموعة صغار المساهمين كبيرة وكبيرة جدا جدا وتتجاوز حتى 150000000 سهما قرابة 180 مليارا

الشريك الاجنبي الستراتيجي ضرورة مؤكدة

انشاء الكرامة تحسن التصرف في تقديم ملف جديد ويرجع مسلسل بيع السيمان من جديد لخلق ديناميكية وحيوية حول هاذا السهم
Répondre
Posté le 04/02/2022 08:15:50
CC risque une chute a 1 et une stagnation sur deux ans.

Les Dettes reste plus que 500 Milliards et compte tenu de tous ses problèmes juridiaues fonciers jamaia elle trouvera un autre partenaire.


Répondre
Posté le 03/02/2022 21:29:31
oui el jema3a yala3be
Répondre
Posté le 03/02/2022 21:18:44
Le grand scandale de CC et les vrais causes de la non vente du bloc
Répondre
Posté le 03/02/2022 21:18:44

Considérée comme la pépite du portefeuille des entreprises confisquées par l'Etat tunisien, la société Carthage Cement peine à trouver un repreneur. Après deux tentatives de cession annoncées en 2012 et 2018, un nouvel appel d'offres international a été dévoué à l'échec en 2021.

Malgré tous les espoirs portés par les actionnaires de la société pour la réussite de l'appel d'offres démarré en 2020 avec la participation de 5 investisseurs dont 3 cimentiers, la déception est bien là : l'unique offre financière déposée par un consortium burkinabé a été rejetée par la Commission nationale de gestion des avoirs et biens confisqués, présidée par la ministre des Finances.

Alors que le motif du refus de l'offre est que le prix proposé est en deçà de la valorisation du cimentier estimée par l'Etat tunisien, il semble que les raisons sont plus importantes qu'une simple déclinaison de prix qui aurait pu être formulée au plus tard dans le mois qui a suivi l'ouverture des plis.

Pour revenir en arrière, Carthage Cement avait au début des difficultés d'exploitation et de trésorerie qui ont bien menacé la continuité de son activité. Le bienfondé de cette situation était induit par un cycle d'investissement assez lourd pour la construction du four du cimentier et qui avait nécessité des appels de fonds récurrents surtout à cause du retard de l'entrée en exploitation.

L'Etat, par le biais d'Al Karama Holding, a accéléré le processus de vente de la société en 2018 dans l'espoir d'une cession à un partenaire stratégique pouvant assurer le sauvetage de la société et lui offrir un élan de croissance tant espéré par les actionnaires.

Toutefois, aucune offre n'a été remise sur la table malgré la présence d'un certain nombre de cimentiers de renommée internationale, en l'occurrence Sicile (Portugal) et OIP (Maroc). A en croire encore une fois les rumeurs du marché, les investisseurs en 2018 se sont montrés réticents quant à la situation financière et sociale de la société ainsi que son endettement qui pesait lourd sur l'équilibre bilanciel de Carthage Cement.

Sur la base de ce scénario, l'Etat et Al Karama Holding ont entrepris les démarches nécessaires pour redresser la situation par une injection de fonds en " Equity " et la restructuration de la dette, programme bouclé en 2020 avant l'ouverture du nouvel appel d'offres. Tous les espoirs étaient portés sur la réussite de la nouvelle tentative de l'Etat surtout que les indicateurs d'activité se sont améliorés et la société a renoué avec les bénéfices.

Les acteurs du marché s'attendaient réellement à une concrétisation de ce nouvel appel d'offres d'autant plus que la présence de trois cimentiers et un investisseur financier de premier rang ne pouvaient que confirmer les espoirs. En se retrouvant au final avec une seule offre déclinée après 7 mois d'attente, nous comprenons que les raisons sont beaucoup plus profondes qu'un simple argumentaire de prix.

Nos investigations réalisées auprès de plusieurs investisseurs potentiels, ont permis de confirmer que Carthage Cement est en possession d'un terrain à vocation agricole exploité en tant que gisement de carrière pour les besoins d'exploitation. Reconnaissant que les lois tunisiennes protègent les terres agricoles et qu'elles n'autorisent la propriété des sociétés anonymes en possession de terrains agricoles qu'à des personnes physiques tunisiennes uniquement, nous comprenons ainsi la principale cause de l'échec des appels d'offres successifs pour la cession de Carthage Cement.

Toute la question, aujourd'hui, est de savoir pourquoi l'Etat s'acharne à céder une société dans une situation " irrégulière ". Ne fallait-il pas procéder au changement de la vocation du terrain agricole en un terrain industriel avant de procéder à la cession d'autant plus que les lois sont claires et aucune objection ne pourrait être remise en cause.

Alors, qu'est-ce qui a empêché l'Etat, durant toutes ces années, de régler ce problème ? Et pourquoi aucun responsable gouvernemental ne voulait-il pas assumer, durant toutes ces années, la responsabilité de prendre la décision de changer la vocation du terrain ? Ces questions restent toujours sans réponse.

Encore une fois, l'économie tunisienne perd des points dans un contexte où la relance de l'investissement est plus que nécessaire pour rattraper le temps perdu. Un autre dossier vraisemblablement renvoyé aux calendes grecques.

Omar El Oudi


Répondre

Retour au forum CARTHAGE CEMENT