se connecter recherche

Bourse de Tunis : Valeurs à suivre & Perspectives 2016

Par Moez Hadidane, le 31/01/2016
Il y a 2 commentaires sur cet article

Moez Hadidane

Perspectives de l’économie mondiale en 2016 

La bourse de Tunis évoluera en 2016 dans un contexte régional et mondial assez particulier qui sera marqué essentiellement par une croissance mondiale plus faible que prévue. Les dernières prévisions du mois de janvier 2016 du FMI ont été revues à la baisse : 3,4 % en 2016 et 3,6 % en 2017 soit 20 points de base de moins par rapport aux précédentes prévisions d’octobre 2015.

Les pays émergents et les pays en développement doivent désormais faire face à une nouvelle réalité de croissance plus faible, où des forces conjoncturelles et structurelles viennent bouleverser la dynamique traditionnelle, ainsi que l’a signalé la Directrice générale du FMI, Christine Lagarde. 

Les projections de croissance pour la plupart des pays émergents et en développement font état d’un rebond plus modeste que prévu. La croissance devrait passer de 4 % en 2015 (taux le plus bas depuis la crise financière de 2008-09) à 4,3 % et à 4,7 % respectivement en 2016 et en 2017.

Par-delà les prévisions à court terme, d’importants risques pèsent sur les perspectives, notamment dans le cas des pays émergents et en développement. Ces risques concernent pour l’essentiel :

  • Le ralentissement de l’économie chinoise, et donc de la demande de ce pays (16,3% du PIB mondial en parité de pouvoir d’achat et 8% de la consommation mondiale) ce qui aurait un impact direct sur les échanges internationaux, les prix des produits de base mais aussi la perte de confiance ;
  • Le relèvement progressif des taux d’intérêt aux États-Unis et par conséquent ;
  • Une appréciation plus forte du dollar et un durcissement des conditions de financement à l’échelle mondiale,
  • Une soudaine poussée de l’aversion pour le risque à l’échelle mondiale ;
  • Une escalade des tensions géopolitiques actuelles, qui pourraient miner la confiance et perturber le commerce mondial, ainsi que les flux financiers et touristiques ; 
  • L’évolution des marchés des produits de base pourrait avoir des répercussions négatives ou positives. Du côté négatif, de nouvelles baisses des prix des produits de base pourraient entraîner une dégradation des perspectives pour les pays producteurs déjà fragiles. Du côté positif, la baisse récente des prix du pétrole pourrait stimuler la demande dans les pays importateurs (Europe, Tunisie, Maroc, Egypte...). 

 Perspectives de l’économie nationale en 2016 

Sur le plan national le contexte socio-politique restera vraisemblablement tendu estampillé par une économie toujours aussi fragile, un taux de chômage élevé et des menaces sécuritaires persistantes sans écarter de nouvelles secousses qui pourraient tourmenter le parti au pourvoir déjà désuni.

D’un autre côté, on peut s’attendre à une trêve sociale, à saluer au compromis parvenu entre les centrales patronales et ouvrières, en dépit des protestations et revendications sociales qui ont marqué le pays en ce début d’année. 

Le maintien des prix de l’énergie à des niveaux bas permettrait d’orienter de plus en plus les recettes de l’Etat vers les dépenses d’investissement. Toutefois une appréciation plus forte du dollar pourrait accentuer le coût de la dette extérieure de l’Etat. 

Par ailleurs, l’année 2016 sera signée par le démarrage d’exécution du plan de développement quinquennal 2016-2020. Ce plan stratégique vise une série ambitieuse d’objectif dont notamment :

  • Un taux de croissance moyen de 5% ;
  • Une baisse du chômage à 11% ;
  • La réduction du déficit courant à 6,8% à l'horizon 2020. 

La réalisation de ces objectifs repose sur la mise en place de mesures destinées à améliorer l'environnement économique et social du pays à travers l’instauration des règles de "bonne gouvernance", la diversification du tissu économique et le développement durable. 

L’objectif étant d’améliorer les dispositifs d’incitation à l’investissement sous plusieurs aspects : règlementaire (stabilité des textes de lois), procédurale (simplification) et financier. C’est dans ce cadre que seront promulgués le code unique de l’impôt et le nouveau code d’incitation à l’investissement. 

Ces réformes devront permettre "une récupération graduelle de l'activité économique durant les deux premières années", avant de "concrétiser le décollage à partir de 2018", indique la note d’Orientation dudit plan. 

Projections sur les opportunités et menaces des entreprises tunisiennes en 2016 

Les acteurs économiques devront s’accommoder aux ajustements à l’oeuvre des variables économiques. Le changement de l’environnement des entreprises tunisiennes peut se résumer selon une matrice de facteurs positifs et négatifs qui se présente comme suit : 

Forces : 

- Baisse sur le marché international du prix des matières premières et de l’énergie. Pour l’ensemble de l’année 2015, l’indice général du FMI des prix des produits de base s’est contracté de 35,3% par rapport à 2014. 

- Baisses des droits de douanes sur les matières premières et biens d’équipements importés. 

Faiblesses : 

- Dollar Fort (pour les sociétés importatrices) 

- Coût de la dette toujours élevé (Faible élasticité des taux longs au Taux directeur de la BCT) 

- Tourisme en berne 

- Faible pouvoir d'achat 

Opportunités : 

- Zone Euro : hausse de la consommation privée attribuable à la baisse des prix du pétrole et aux conditions financières accommodantes ;

- Relance des dépenses publiques en infrastructure dans la cadre du plan de développement 2016-2020 ;

- A plus long terme, une possible reconstitution de la Libye.

Menaces : 

- Rigidité à la baisse du prix de l'immobilier résidentiel et augmentation du stock de l'immobilier résidentiel 

- Recul de la demande algérienne suite à la baisse de la rente du pétrole 

Pour les sociétés financières, la persistante pression sur la liquidité bancaire et la course aux dépôts vont continuer à peser sur la marge d’Intermédiation (Spread de taux) des banques (et du leasing) dans un contexte de ralentissement des crédits de bonne signature. 

Le Produit Net Bancaire et le Produit Net de Leasing évolueront à peine autour de 4 à 8%. Toutefois, les financières maintiendront leur capacité de distribution de dividendes. 

Perspective d’évolution de la bourse en 2016 

Malgré que d’importants risques menacent toujours l’économie et la confiance des investisseurs, la bourse de Tunis pourrait profiter, dans un scénario d’une meilleure stabilité du contexte social et sécuritaire, de vecteurs favorables pour enregistrer une performance positive en 2016. Ces principaux vecteurs de croissance de la bourse se résument comme suit : 

1. La Bourse est désormais la meilleure alternative d'investissement : Ayant longtemps empiété sur les investissements en bourse, le secteur immobilier connaît aujourd'hui des difficultés d'écoulement des stocks. La bourse est la meilleure alternative pour l'épargne de moyen long terme.

2. Création de nouveaux FCP: La création de nouveaux fonds institutionnels en partenariat avec la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) qui seront investis majoritairement en actions cotées en bourse avec un horizon de placement de 5 à 7 ans. Le démarrage effectif de ces fonds est prévu pour fin janvier début février 2016. Ce mécanisme ingénieux conçu par la CDC et adossé sur le principe de l’effet de levier permettra de mobiliser et d’injecter des capitaux frais, autour de 120 Millions de dinars, sur la bourse de Tunis. 

3. Apport de la loi de Finance 2016 : l’article 14 de la loi de finance pour l’année 2016 portant mesures d’encouragement pour le financement et l’investissement a étendu le champ d’exclusion de l’application de l’article 43 du code de l’IRPP et de l’IS à tous les investissements ouvrant droit au bénéfice des avantages fiscaux y compris les montants déposés, avant le 31/12/2016, dans les Comptes Epargnes en Actions. Il est à noter que la masse monétaire qui échappe au circuit formel de l’économie est estimée entre 20 à 30 milliards de Dinars. 

Toutefois, les perspectives d’évolution globale des titres ne seront pas nécessairement traduites dans le TUNINDEX. Ce dernier évoluera principalement à la guise de ses poids lourds 

Valeurs à suivre en 2016

L’investissement dans des actions bancaires en 2016 sera motivé principalement par la stabilité et la récurrence des dividendes distribués. Des gains en plus-value seront peu probables à l’exception de la BTE qui pourrait voir son capital changer de main cette année ou de la BNA qui pourra reproduire le scénario de l’année précédente avec la cession du reliquat de sa participation dans la SFBT dont la plus-value actuelle latente est estimée à plus de 260 MDT. 

Des gains en plus-values proviendront le plus probablement des valeurs industrielles. Aux données actuelles (et compte tenu d’une simulation basée sur les niveaux de Dividend Yiel et des PER futurs), New Body Line offre le plus grand potentiel de hausse du cours 52% avec un cours cible de 10 DT, suivi par SOTUVER : 34% avec un cours objectif de 5 DT, SOTIPAPIER : 27% avec un cours cible 5,25 DT, TPR : 20% à 5,75 DT et enfin SFBT : 18% à 31,80 DT. 

SFBT : 

Le titre SFBT pourrait poursuivre sa remontée interrompue au lendemain des attentats de Sousse. La hausse du titre SFBT, qui rappelons-le a profité en partie au changement du cadre réglementaire relatif aux participations étrangère (décret n° : 3629 du 18-09-2014 dispensant les étrangers de l’autorisation préalable de la CSI à l’occasion de leurs acquisitions d’actions de sociétés tunisiennes, une fois les 50% ont été autorisé et dans la limite de 66,66%). 

Un éventuel retour d’appétit des investissements en Portefeuille des étrangers, subordonnés à un apaisement du climat des affaires en Tunisie, profiteront en premier lieu à la Blue chip de la place boursière de Tunis. D’autant plus que la participation actuelle des étrangers dans le capital de la SFBT est de 61,59%. Une course au Closing des 2/3 du capital pourra être amorcée à tout moment. Une fois ce plafond est atteint, l’accès des étrangers au capital de la SFBT serait bloqué. 

Sotuver : 

Dans un marché longtemps caractérisé par excédent de la demande par rapport à l’offre locale, la SOTUVER unique fournisseur local de taille sur son segment d’activité (verre creux pour emballage) a réalisé au cours des cinq dernières années (2010-2015) un taux de croissance annuel moyen de son chiffre d’affaires de 20% (avec un pic de 42% en 2013). La société a quasiment achevé un long processus d’investissement, (qui a duré plus de 12 ans) en capacité en en qualité avec au passage trois programmes de mise à niveau. 

Actuellement, la société exploite un outil industriel moderne composé de deux fours de fusion, un premier installé en 2003 et composé de deux lignes de production consacré à la fabrication du verre blanc et un second, constitué aussi de deux lignes, réservé à la production de verre couleur (en particulier l’Antic Green destiné aux produits de haut de gamme) entré en production en 2013 et dont la capacité a été augmentée en 2015. 

La SOTUVER est ainsi dotée aujourd’hui d’une capacité de production de 120 milles Tonnes par an (contre une capacité globale nationale en 2012 de 36 000 Tonnes seulement) lui permettant de satisfaire la demande locale et surtout de s’orienter vers l’export, vecteur de croissance de la société durant ces dernières années. L’export a représenté durant les trois dernières années plus de 58% du chiffre d’affaires grâce au renforcement de sa présence sur les marchés européens de la rive nord de la méditerrané et la percée du marché africain. La société bénéficie de l’homologation de ses emballages de boissons gazeuses par Coca Cola International

Les horizons sont grands ouverts à la SOTUVER, considérée aujourd’hui comme fleuron de l’industrie tunisienne, pour récolter le fruit de ses investissements durant les prochaines années. 

En bourse, avec un cours actuel de 3,800 DT, le titre s’échange à 13,7x ses bénéfices 2015 estimé à 6,5 MDT et offre un dividende Yield, d’au moins de 5,6%. Ainsi et sans tenir compte du potentiel de gain en plus-value en corrélation avec la croissance future des bénéfices, un Dividend Yield exigé de 4% ramènera la valeur de l’action à 5 DT. 

New Body Line 

NBL qui exerce sur un segment particulier de la branche textile et orienté totalement à l’export vers l’Europe a vu sa production en volume augmenté en 2015 de 13,5%, en revanche ses revenus en dinars ont baissé de 5%. Une évolution imputée d’un côté au ralentissement de la croissance des ventes en volume en fin d’année et d’un autre côté par la dépréciation de l’Euro face au Dinar de 2% sur l’ensemble de l’année 2015. 

Par ailleurs, en dépit de la légère baisse du chiffre d’affaires 2015, la société est en mesure de garder au même niveau ses taux de marges opérationnelles ainsi que sa capacité bénéficiaire. Pour les prochaines années, NBL devrait profiter d’une nette reprise de la demande européenne. Dans sa dernière mise à jour (janvier 2016) des perspectives de l’économie mondiale, le FMI a révisé à la hausse la croissance dans la zone Euro de 1,6% à 1,7% pour l’année 2016 qui sera dopée par l’augmentation de la consommation privée attribuable à la baisse des prix du pétrole et aux conditions financières accommodantes. 

D’un autre côté, NBL a réussi, courant 2015, à intégrer 3 nouveaux clients dans son portefeuille. Désormais le principal client (LYTESS) qui détenait à lui seul plus de 80% du chiffre d’affaires de la NBL en 2012, ne détient que 32,7% des revenus de la NBL en 2015 et ce, avec une évolution de l’activité d’une année à l’autre depuis 2012. NBL est complétement épargné des aléas de la conjoncture économique locale. 

Petite capitalisation boursière (25,5 MDT), cotée sur le marché alternatif et dont l’endettement est nul, la société NBL offre un des meilleurs Dividend Yiel du marché : 7,1% (dividende estimé à distribuer en 2016 : 0,470 DT par action) ainsi que la meilleure rentabilité financière (ROE 2015 de 20%) du marché alternatif. L’action s’échange à 11x ses bénéfices 2015. Un Dividend Yield Objectif de 4% ramènera le cours à 11,750 DT, toutefois et compte tenu des multiples des bénéfices, on estime que le titre offre un potentiel de hausse de 52% soit un cours cible de 10 DT. 

STAR 

La STAR qui termine l’année 2015 avec un chiffre d’affaires (Primes émises) en hausse de 7% devraIT afficher au terme de l’exercice 2015 un résultat net exceptionnel proche de 55 MDT contre 22,3 MDT en 2014. Rappelons que le leader de l’assurance en Tunisie a procédé au premier semestre 2015 à la cession de 2 millions d’actions SFBT au prix unitaire de 31,400 DT représentant 2,22% du capital du brasseur soit un montant de 62,8 MDT et qui a généré une plus-value de 54,174 MD. 

Ainsi et en vertu du communiqué de la société suite à la réunion de son conseil d’administration du 24 Mars 2015 dévoilant la politique de distribution des dividendes pour les exercices : 2014-2015-2016, la part des bénéfices à distribuer en 2015 est fixée à 40% soit un dividende exceptionnel par action de 10 DT dont 4,700 DT de dividende récurrent. 

Enfin la STAR détient encore 5,26% du capital de la SFBT soit une plus-value latente de plus de 120 MDT. 

SOTIPAPIER

Au terme de l'exercice 2015, la société SOTIPAPIER a réalisé un chiffre d'affaires de l'ordre de 67,8 MDT en progression de 8%. En plein investissement depuis l’entrée dans le capital des fonds gérés par SWICORP, tant en capacité, en gamme et en efficacité, la société a vu tout de même son endettement nettement augmenté en 2015 en relation aussi avec la reconstitution des stocks notamment de la pâte à papier et des produits finis. Le prix en dollar de la pâte à papier a baissé en 2015 de 13,33% contre une dépréciation du dinar face au billet vert de 8,4%. 

SOTIPAPIER devrait ainsi afficher des taux de marge en nette amélioration, légitimant ainsi son recours à l’effet de levier financier. 

Ainsi, après une année 2014 exceptionnellement défavorable, les bénéfices de la société sont attendus en forte reprise de 85%. L’action s’échange à 13,8x ses bénéfices 2015 et offre un Dividend Yield de 5,1% soit un cours cible de 5,25 DT sur la base d’un rendement en dividende objectif de 4%. 

Analyse signée Moez Hadidane 



DERNIERS ARTICLES DE L'AUTEUR