se connecter recherche

Bourse de Tunis : Rétrospective 2016 et perspective 2017

Par Moez Hadidane, le 10/01/2017
Il y a 0 commentaires sur cet article

Moez Hadidane

Capitalisation boursière

Levées de fonds propres des sociétés cotées

Contrairement à l’année 2015 qui a été marqué par des opérations notables de levées de fonds en relation notamment avec la recapitalisation des banques publiques STB et BH et la conversion d’El Wifack leasing en une banque islamique, l’année 2016 a été timide en matière d’émission de nouveaux titres de capital par les sociétés cotées cumulant une levée totale de seulement 31 MDT contre 1036 MDT en 2015.

Nouvelles admissions à la cote de la bourse

Alors que la bourse de Tunis a donné son accord pour cinq dossiers d’admission, la cote de la Bourse a été enrichie en 2016, par une seule société, ramenant le nombre total des sociétés admises à la cote à 79.  

En effet, le marché principal de la Bourse de Tunis a accueilli le 4 mai 2016 la société UNIMED, laboratoire pharmaceutique tunisien. Cette entrée a porté le nombre de société du secteur santé à trois en compagnie d’ADWYA et SIPHAT. La capitalisation boursière de la société UNIMED à la date de son admission le 4 mai 2016 s’élève à 300,31 MDT. 

Capitalisation boursière (CB)

Sur l’ensemble de l’année 2016, la Capitalisation Boursière du marché a augmenté de 8,2 % soit de 1470 MDT. Cette hausse provient essentiellement d’un effet prix émanant de POULINA GH dont la CAPI a augmenté de 349 MDT, de BIAT : +227 MDT et BH : +210 MDT et d’un effet volume (nouveau papier) provenant essentiellement de l’admission de la société UNIMED (300 MDT).

Part des étrangers dans la capitalisation boursière

Les acquisitions effectuées par les étrangers sur les titres cotés, au cours de l’année 2016, ont totalisé un montant de 142,8 MDT contre des cessions de 262,2MD, ce qui fait ressortir un flux net négatif de 119,4 MDT.

Par conséquent, la capitalisation boursière détenue par les étrangers au 30 décembre 2016 a atteint 4 719 MDT représentant 24,45% contre 4 561MD en 2015 et une part de 25,58%.

Les 5 plus fortes CB du marché

Malgré une contraction de sa CAPI de 108,8 MDT, la SFBT, demeure à la fin de 2016, la plus grande capitalisation de la place de Tunis avec une part de 11,8%. Par ailleurs, la BIAT détrône la BT et accapare la position de challenger alors que POULINA récupère la quatrième position, une place qu’elle a perdu une année auparavant au profit d’ATTIJARI BANK. Au 31 décembre 2016, les cinq premières CAPIs représentent 39,1% de la CB globale du marché et pèsent 43,6% dans le TUNINDEX. 

Au 31 décembre 2016, aucune valeur ne pèse, désormais, plus de 15% dans le TUNINDEX, par conséquent le Comité des Indices Boursiers a décidé de retenir, pour l’année 2017, un facteur de plafonnement égal à 1 pour toutes les valeurs composant l’échantillon du TUNINDEX. La dilution partielle de SFBT et BT dans le TUNINDEX est expliquée par une contraction de la capitalisation de la SFBT et une très petite hausse de celle de la BT contre un accroissement global de 9% de la capitalisation boursière flottante des valeurs composant le TUNINEX passant de 4441,67 MDT fin 2015 à 4840,33 MDT. Il est à noter le rapprochement de la BIAT aux valeurs SFBT et BT dans le top trois des grandes CAPIs du TUNINDEX.

Par ailleurs, la Capitalisation des titres composant le TUNINDEX a progressé à un rythme légèrement supérieur à celui de  la capitalisation totale de la cote du fait de l’assimilation (par conséquent prises en compte dans l’indice) aux actions anciennes le 8 août 2016 des 130 515 000 actions nouvelles souscrites, issues de l’augmentation de capital de la STB et admises depuis le 23 décembre 2015. Ainsi, et en dépit d’une forte baisse du cours, la capitalisation boursière dans le TUNINDEX de la STB est passé de 1,25% à fin 2015 à 2,5% fin 2016.

Performance du TUNINDEX en 2016

Après une baisse de  0,94% en 2015, l’indice phare de la bourse de Tunis, le TUNINDEX  reprend des couleurs et termine l’année 2016 avec une montée de 8,86%. La performance annuelle du TUNINDEX a été acquise principalement au mois de janvier 2016 avec une montée de 7,4%.

L’évolution de l’indice de référence des valeurs les plus liquides TUNINDEX20  a été de 9,87% soit 101 points de base de plus que l’indice global. La bonne prestation du TUNINDEX20 traduit la bonne performance de la majorité des valeurs composant cet indice. Sur les 20 valeurs, 13 ont réalisé un rendement positif. Les performances les plus notables sont celles d’EURO-CYCLES (75,78%), de CARTHAGE CEMENT (56,06%) et de la BH (51,03%). 

Performance par valeur en 2016

Au palmarès des plus fortes progressions de l’année, LAND’OR s’apprécie de 112% grâce à un rallye haussier à la fin de l’année. De son côté SOTETEL bénéficie d’une hausse de 110%, acquise en début d’année. Troisième meilleure performance de l’année revient à EUROCYCLES avec un gain de 75,8%. 

En bas du tableau des plus fortes variations de l’année, SOPAT chute de 48,8% suivie par AETECH en perte de 34,3%.

Performance par secteur en 2016

Le bilan annuel des indices sectoriels est positif, excepté l’indice du Secteur Services aux Consommateurs qui a reculé de 0.89% par rapport à 2015.

Sur les 17 indices sous-secteurs composant le marché, publiés ou non par la Bourse de Tunis, seuls 6 sous-secteurs ont affiché une contre-performance en 2016, notamment le sous-secteur Assurances et le sous-secteur Services Financiers.

Le sous-secteur des produits ménagers et de soin personnel accapare la première position avec un gain de 42,42%, portée par la bonne performance réalisée par EURO-CYLES (+75,78%) et SAH (+42,73%).

Le secteur Industries enregistre une progression de 16,64%. Cette performance est redevable essentiellement à trois valeurs : Carthage Cement (+56,06%) du sous-secteur Bâtiment et Matériaux de construction et Sotuver et OneTech Holding du sous-secteur Biens et Services Industriels qui ont gagné 35,03% et 24,64%, respectivement.

Plus fortes contributions dans la performance TUNINDEX par sous-secteur

Le rendement positif de l’indice TUNINDEX repose essentiellement sur la performance des sous-secteurs bancaires, Agro-alimentaire et Produits Ménagers & soins de personnel qui ont apporté respectivement 5,22%, 1,41% et 1,46% à la variation globale de l’indice. Le bancaire a bénéficié de l’apport de BIAT, BT et BH, l’agroalimentaire a profité de la contribution de POULINA GH, DELICE H et LAND’OR, enfin le sous-secteur Produits ménagers a profité de la contribution de SAH et EURO-CYCLES.

Il est à noter que la contribution quasiment nulle du sous-secteur distribution est conséquente à une compensation entre les contributions positives d’ARTES et ENNAKL avec celle négatives d’UADH et MONOPRIX.

Plus fortes contributions dans la performance TUNINDEX par valeur

Sur les 8,86% réalisé par le TUNINDEX, 2,03% proviennent de la BIAT, 1,1% de la BT. Les titres SPDIT et UADH ont contribué négativement de 0,57% chacun. SFBT a finalement contribué négativement de 0,25%.

Capitaux échangés

Les capitaux échangés sur la cote de la bourse ont totalisé 1740,66 MDT en baisse de 18,6% par rapport à 2015. La part du marché obligataire a baissé pour la deuxième année consécutive passant de 7,1% en 2014 (année d’admission de l’emprunt national) à 6,7% en 2015 et 5,2% en 2016.

Le volume des transactions sur le marché des titres de capital (Actions et droits) a totalisé 1650,82 MDT contre 1995,29 MDT en 2015 soit une baisse de 17,2%. Le montant des échanges sur les actions (hors droits) a atteint 1649 MDT dont 272 MDT sur les titres SFBT soit une part de marché de 16,5%, un volume soutenu en partie par le désengagement de la BNA de ses titres SFBT.

Valeurs à suivre et perspectives 2017

La croissance économique de la Tunisie devrait se solder en 2016 par un taux de 1,3% ou au mieux 1,4% contre 0,8% en 2015. Pour 2017 et compte tenu de la situation économique toujours morose,  la recrudescence des revendications sociales et l’exacerbation de la pression fiscale, les dernières prévisions de croissance économique pour l’année 2017 de la Banque Centrale de Tunisie et du FMI respectivement de 2,2% et 2,8%, seront difficiles à atteindre.

De surcroit, les sociétés cotées devront faire face à un impôt additionnel au titre des bénéfices réalisés en 2016 de 7,5% et ce en plus des augmentations des salaires bruts attendus suite au changement du barème de l’impôt et du plafonnement de l’abattement au titre des frais  professionnels. Par conséquent, l’évolution globale du marché sera un peu difficile.

Toutefois elle pourra être favorable aux banques privées et aux sociétés exportatrices. Ces derniers profiteront d’un effet compétitivité de leurs prix de vente suite à la dépréciation du dinar tunisien entre le début et la fin de l’année 2016 de 13,1% face au dollar US et de 8,7% face à l’Euro.

Dotées d’une structure de ressources peu onéreuse et réorientée en partie vers l’acquisition de Bons de Trésor à rendement élevé : BIAT et ATTIJARI BANK se dirigent vers la réalisation de bénéfices record au titre de l’exercice 2016.  Il est à noter, par ailleurs, que l’application de la valorisation du stock de BTA détenu par les banques à l’aide d’une courbe de taux en remplacement à la méthode du cout d’acquisition n’est pas encore officiellement instruite aux banques. 

Echantillon de valeurs proposées 

BIAT 

Avec un résultat net estimé d’au moins 173 MDT au titre de l’exercice 2016 contre 151,6 MDT en 2015, l’action BIAT s’échange  avec un multiple de ses bénéfices 2016 de 8,8 fois contre une moyenne du marché de 13,3 fois  et un P/B de 1,9x  correspondant au P/B moyen du marché.

La solidité financière de la banque et sa position dominante sur le marché, ont historiquement attribué à l’action une prime de risque inférieure à la moyenne du secteur et du marché, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Au cours de ces dernières années, la capacité bénéficiaire de la banque a pris une autre dimension, la barrière du prix de l’action à 90 DT n’est plus justifiée. Il est attendu que le cours se débarrasse prochainement de cette résistance psychologie de 90 DT pour aller chercher des  paliers supérieurs. Avec un multiple de ses bénéfices 2016 de 12 fois seulement contre une moyenne de 13 pour le marché, l’action BIAT devra être cotée à 122,4 DT.

SOTUVER

L’augmentation de la capacité du four 1 de 150 à 180 Tonnes par jour durant le premier semestre 2016 a été la dernière étape d’un long cycle d’investissement ayant duré trois ans aboutissant à un doublement de la capacité de production entre 2013 et 2015. La société est dotée aujourd’hui d’une capacité de production de 120 mille Tonnes par an lui permettant de satisfaire toute la demande locale (en verre creux pour emballage) mais aussi de s’orienter de plus en plus vers l’export, vecteur de croissance de la société durant ces dernières années. 

En 2015, le chiffre d’affaires global de la SOTUVER dépasse pour la première fois la barre des 50 MDT à 50,1 MDT et enregistre une croissance de 12,4% par rapport à 2014. 

La rénovation et l’agrandissement du four 1 en 2016, a nécessité 74 jours d’arrêt (du 11 février au 24 avril 2016) contraignant la société à un ralentissement de son activité au premier semestre 2016. Le redémarrage progressif du four 1 atteignant sa pleine capacité en juin 2016 d’un côté et la diversification de la gamme des produits offerts par le four 2 ont permis à la SOTUVER de rattraper son retard d’un côté mais aussi de capter un nouveau marché local auparavant comblé par l'importation.

A fin septembre 2016, les revenus ont augmenté de 9,4% à 37,9 MDT. Le chiffre d’affaires local a progressé de 7%, passant de 15,1 MDT sur les neuf premiers mois de l’année  2015 à 16,1 MDT, la même période de l’année 2016 et ce malgré une baisse dans la filière bière de 9,3%. En effet, les filières vins, huiles, et pots ont enregistré une progression de l’ordre de 60%.

Sur le marché export, le chiffre d’affaires a évolué de 11,2% passant de 19,6 MDT à 21,8 MDT entre septembre 2015 et septembre 2016, grâce à une croissance qui se consolide d’une année à l'autre sur les marchés européen et Africain, et aussi grâce au maintien d’une position de leadership sur le marché Algérien. Les revenus à l’export représentent environ 57% du chiffre d’affaires global.

La société se dirige ainsi vers la réalisation d’un nouveau record historique en termes de production et de chiffre d’affaires qui devrait dépasser la barre des 54 MDT.

EURO-CYCLES

Six mois après le vote du Brexit, l‘économie britannique continue de déjouer tous les pronostics, le Royaume Unis, principal marché d’EURO-CYCLES, clôture l’année 2016 avec une croissance supérieure à 1,8%, soit mieux que le taux qui sera réalisé dans la zone Euro.

Les revenus annuels estimés au 31 décembre 2016 par le management de la société seront à hauteur de 79,9 MDT, en augmentation de plus de 7% par rapport à 2015. Le volume estimé au 31/12/2016 sera de 470 000 unités, en hausse de 3% par rapport à 2015.

Les différentes prospections réalisées depuis des années ont ouvert de nouveaux horizons pour EURO-Cycles et ont abouti à des premières commandes pour la période de 2017 à 2019 avec des nouveaux distributeurs en : Europe Centrale (Pologne, Roumanie, Slovaquie), Allemagne, Grèce et Angleterre. Ces nouveaux marchés devront générer plus de 30 MDT sur les trois prochaines années. Par ailleurs, la société est susceptible de réaliser des gains de change issu de la conversion, à la clôture de l’exercice2016, de ses créances en Dinar TN.

Ces performances futures ne tiennent pas compte du potentiel du marché américain qui, une fois concrétisé, devrait porter le résultat à des niveaux encore plus hauts. La concrétisation de ce marché est dans l’attente d’une meilleure visibilité par rapport à la politique de commerce internationale des Etats Unis dès la prise du pourvoir du nouveau président élu. 

SOTETEL

Suite à l’achèvement du plan d’assainissement social, tel que communiqué par la société fin mars 2016 se traduisant par le départ de 25% de son effectif, la SOTETEL a clôturé les neuf premiers mois de l’année 2016 avec une croissance des charges d’exploitation de 9%, soit à un rythme nettement en dessous du rythme d’évolution des revenus (35%).

La société devrait, ainsi enregistrer au terme de l’exercice 2016 un résultat d’exploitation positif pour la première fois depuis 2010. Par ailleurs, la SOTETEL devrait céder son terrain sis à Ksar Said, suite à une décision approuvée par l’Assemblée Générale Ordinaire tenue le 20 juillet 2016.

Autres valeurs à suivre

Plusieurs autres valeurs peuvent se distinguer en 2017, il s’agit principalement des sociétés exportatrices comme SAH, Onetech Holding, New Body Line, ASSAD, Office Plast, LAND’OR et TELNET ou de sociétés qui devraient retrouver leur équilibre financier à partir de 2016 à l’image de SOTETEL, on cite TAWASSOL GROUP HOLDING. D'autres valeurs à rendement en dividendes offrent aussi un upside alléchant comme TPR et Sotrapil.

Dans l’agro-alimentaire, secteur considéré refuge, des valeurs comme DELICE HOLDING et CEREALIS offrent toujours un potentiel de hausse pour 2017. 

Moez Hadidane : Gestionnaire de fonds



DERNIERS ARTICLES DE L'AUTEUR